3-1) Internet poursuit sa progression vers le moyen d'information le plus utilisé

          Sans surprise, on constate que la télévision reste le media le plus employé par les Français pour se tenir au courant de l'actualité nationale et internationale (82%, soit deux points de plus qu'en 2010), avec des différences nettes selon le statut social, (71% chez les catégories sociales supérieures, 89% au sein des catégories populaires), et l'âge (on passe de 75% chez les 18-24 ans à 85% chez les 65 ans et plus). La radio conserve sa deuxième place (44%, donc 4 points de moins par rapport à 2010) mais est talonnée par la presse écrite qui progresse d'un point à 38%. Cette dernière est le moyen d'information privilégié des plus âgés (49% chez les 65 ans et plus) et, plus globalement, de ceux qui s'intéressent particulièrement à l'actualité (54%). Enfin, Internet progresse de quatre points pour s'établir à 27%, ce qui en fait le media le plus utilisé derrière la télévision par les moins de 35 ans (50%).

La confiance que les Français accordent à Internet arrive loin derrière celle des autres médias, avec seulement un tiers des Français (35%) qui estiment que les informations qu'ils lisent sur la toile se sont généralement passées de la même manière en réalité. Cette faiblesse doit toutefois être mise en relation avec la pénétration encore incomplète d'internet, avec environ 70% de la population de 18 ans et plus conncectée. Ainsi, chez les internautes, ce chiffre monte à 44% (soit une baisse de 2 points par rapport à 2010). On doit noter que la crédibilité d'Internet, testée depuis 2005, est la seule à progresser d'année en année : à ce titre, sa stabilité actuelle doit être mise en parallèle avec la baisse enregistrée par les trois autres canaux d'information (la télévision, la radio et la presse).

D'après l'étude du baromètre de confiance des Français envers les médias publiée par La Croix en début d'année 2011, le public qui accorde le plus sa confiance à Internet est composé des 18-24 ans, des catégories sociales supérieures, des diplômés de l'enseignement supérieur et bien sûr les internautes (respectivement à 50%, 43%, 45% et 44%).

 

 

 

 

Retour au sommaire

Retour au 3- Peut-on se passer de la presse écrite au profit d'internet ?

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site