2-2) L'économie des médias : l'apparition des grands groupes

Le rôle de l'état :

          En France, la loi encadre les activités des médias. Cette spécificité française doit permettre d'assurer trois principes fondamentaux de notre démocratie:

- la transparence,

- l'indépendance,

- le pluralisme des médias, c'est-à-dire le fait de diffuser des opinions différentes.

          En ce qui concerne la transparence, le public doit pouvoir identifier facilement la personne ou le groupe qui l'informe. Ainsi, la presse écrite est-elle tenue de faire apparaître, dans chacun de ses numéros, plusieurs informations et notamment le nom du propriétaire et du directeur de publication. Pour garantir l'indépendance, la publicité doit être facilement identifiable dans tous les médias et ne pas excéder un certain volume. À la télévision par exemple, la publicité ne doit pas dépasser 6 à 9 minutes par heure de diffusion. De leur côté, les titres de la presse écrite, pour bénéficier des aides de l'État, ne doivent pas accorder à la publicité plus des deux tiers de leurs pages. Enfin, pour assurer la diffusion et l'existence de toutes les opinions, l'État tente, sans grand succès, de limiter le regroupement des médias. Mais en devenant privés, les médias se sont transformés en entreprises comme les autres. Ils doivent rapporter de l'argent et donc, accroître leurs audiences et attirer la publicité. Tous sont entrés en concurrence, même ceux restés publics. En France, cette concentration a provoqué la disparition de nombreux titres de journaux d'information ou la perte de leur indépendance.

          Cette nouvelle situation a accéléré le développement de grands groupes de communication. Ceux-ci peuvent désormais diversifier leurs activités entre chaînes de télévision, stations de radio, journaux ou magazines. On dit alors qu'ils sont « multimédias ». Leurs nouveaux magazines, qui donnent avant tout des conseils pratiques à un public ciblé (les femmes, les jeunes, les amateurs de voitures... ), ont vite connu un grand succès. Du coup, les journaux télévisés, les radios et certains titres de la presse écrite ont adopté le style et le ton de ces magazines et consacrent, désormais, une partie de leur temps ou de leurs pages aux loisirs, au divertissement et aux informations pratiques.

Les formes de la concentration :

          La concentration peut se faire sous plusieurs formes. Une entreprise peut racheter une ou plusieurs entreprises qui fabriquent des produits similaires. Par exemple, une station de radio rachète d'autres stations de radio. Elles peuvent ainsi partager des compétences communes (certains contenus, etc). On appelle ce regroupement une concentration horizontale.

          Dans le cas d'une concentration verticale, le rachat permet de contrôler les différentes phases de sa production. Par exemple, un journal rachète une imprimerie et une entreprise de distribution de journaux. La concentration peut aussi être multimédia: une entreprise rachète plusieurs types de médias différents journaux, radios, chaînes de télévision, maisons d'édition…

regroupement 1

regroupement 2

 

 

 

Retour au sommaire

Retour au 2- Linfluence d'internet sur le journalisme

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×