1-2) Le tri des évènements et les principaux sujets de société

 

          Le rôle des médias est de rendre compte de la réalité du monde mais ils n’en présentent que certains aspects. Les journalistes doivent en effet faire un choix, selon les différentes règles, dans l’immense quantité d’informations dont ils prennent connaissance chaque jour.

          Les journalistes ne peuvent présenter tous les faits dont ils sont informés. Ils manquent de temps, de place, et tous les événements n’ont pas les « qualités » requises pour faire partie de l’actualité. Un tri est donc opéré, avec des critères différents selon les médias. Certaines équipes sélectionnent surtout les événements en fonction de leur impact sur la société et le monde. D’autres donnent la priorité aux rédactions supposées du public : ils choisissent alors les événements les plus exceptionnels, émouvants, surprenants, proches géographiquement, divertissant… de nombreux médias mélangent ces deux démarches. Tous privilégient la nouveauté : un événement est d’autant plus intéressant qu’aucun média n’en a parlé auparavant. Et quand une information importante est diffusée par un média, la plupart des autres la reprennent. 

          Certains événements sont très présents dans les journaux d’information car ils pèsent sur l’équilibre géopolitique du monde. C’est le cas des conflits au Proche et Moyen Orient, en Irak, en Israël, et dans les territoires Palestiniens, des Etats-Unis où le dollar est aussi souvent évoqué, ainsi que le marché du pétrole, la construction de l’Europe, ou le développement économique de la Chine. D’autres thèmes sont de plus en plus traités, comme le réchauffement du climat, le développement durable, la pauvreté dans les pays du Sud… Car il devient évident aujourd’hui que ces problèmes sont de lourdes menaces pour l’avenir de la planète. La vie des entreprises et l’évolution des marchés boursiers tiennent aussi une place centrale dans les médias. La plupart des pays ont en effet adopté le modèle libéral où les modes de vie sont étroitement liés à la croissance économique.

          Les journaux d’information traitent également de nombreux sujets liés à la vie politique nationale : élections, vote d’une loi à l’Assemblée nationale. Le rôle des journalistes est en effet d’informer les citoyens sur les choix, les actions, l’honnêteté de leurs élus. Les sujets dits « de société » sont aussi prépondérants, surtout s’ils marquent une évolution ou une difficulté de taille : chômage, antisémitisme, mariage homosexuel, situation des personnes âgées… Enfin, les compétitions sportives et la vie culturelle ne sont pas négligées, car les médias s’attachent à divertir le public et à lui fournir de nombreuses informations pratiques. le journalisme d'information est alors considéré comme un contre-pouvoir au service des citoyens et de la démocratie, face aux trois pouvoirs traditionnels : l'exécutif (le gouvernement), le législatif (le Parlement) et le judiciaire (la justice). Ce qui lui vaut parfois le titre de «quatrième pouvoir ».

 

 

          Les journalistes choisissent aussi les événements en fonction des attentes supposées par leur public. Ainsi, certains sujets sont traités car ils répondent au principe dit « de proximité ». Selon ce principe, le public s’intéresserait à ce qui lui est proche : son quotidien, ses revenus, sa sécurité… Par exemple, le drame du tsunami en 2004, a peu été traité par la presse régionale, alors que la catastophe de Xynthia, survenue en février 2010, a été très médiatisée. Elle avait pourtant fait beaucoup moins de morts que le tsunami. C'est ce que l'on appelle la sur-médiatisation et la sous-médiatisation.

Chaque année aux mêmes dates, les médias parlent abondamment des vacances, de la rentrée des classes, des soldes, des fêtes de fin d’année. C'est ce que l'on appelle les marronniers. Les faits divers sont aussi fréquemment traités. De même, lors de grèves ou manifestations, de nombreux médias présentent en priorité les perturbations qu’elles entraînent. Ils donnent des informations pratiques au public concerné par ces mobilisations, dans les transports par exemple. Mais ils gardent un peu de place pour analyser les revendications des grévistes ou des manifestants. Ceux-ci exercent pourtant deux droits fondamentaux en démocratie : le droit de grève et la liberté d’expression

 

 

 

 Retour au sommaire

Retour au 1- Le métier de journaliste et les étapes de la conception d'un journal

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×